entreprise elfehdi

Ahmed El Fehdi: les entreprises se montrent optimistes

Ahmed El Fehdi:
Selon le baromètre annuel réalisé par l’éditeur Sage Business au titre de l’année 2013, les chefs d’entreprise se démontrent optimistes quant au climat d’affaires. En dépit d’un contexte de crise et d’un contexte politique et socio-économique déplorable, 60,92% des chefs d’entreprises marocaines et tunisiennes se montrent plus confiants des perspectives au titre des années à venir.

Ahmed El-fehdiEn effet, ces résultats concordent avec d’autres déjà établies par Bank-Al-Maghrib dans le cadre d’une enquête de conjoncture industrielle réalisée le mois de février dernier. Selon cette enquête, il ressort que la majorité des investisseurs dans le secteur industriel aspirent une vague de progrès qui soufflera sur l’ensemble de l’activité et plus précisément sur leurs ventes.

Toutefois, le constat d’optimisme des chefs d’entreprises marocaines ne donne pas une idée exhaustive de la réalité, du moment qu’ils n’ont pas une confiance totale dans les perspectives d’évolution de l’économie marocaine et mondiale. Cette conclusion justifie le fait qu’uniquement un quart des entreprises observées trouve que l’expansion vers de nouveaux marchés demeure le défi majoritaire pour les pays de l’Afrique du Nord.

Selon des chefs d’entreprises marocains,  d’autres variables déterminent le choix de s’ouvrir vers de nouveaux marchés. Pour M. Ahmed EL FEHDI, un dirigeant de plusieurs sociétés marocaines, la lourdeur administrative et réglementaire reste l’un des obstacles les plus importants mettant les bâtons dans les roues pour les investisseurs en Afrique du Nord, notamment au Maroc. En effet, 22% des entreprises sondées se mettent d’accord sur ce point.

Aussi, parmi les signes forts d’optimisme des entreprises marocaines, c’est la recherche de sources de financement alternatives, au lieu de rester cantonnées devant les insuffisances de liquidités mises à la disposition des entreprises marocaines par les banques. A ce titre, il convient de signaler que 87% de l’échantillon sondé, estime que les banques ne soutiennent pas convenablement les PME. A noter que près des trois quarts des entreprises sondées, encouragent leurs gouvernements à exercer plus de pression sur les établissements de crédit pour qu’ils les soutiennent davantage.